Le Nord Pas-de-Calais au quotidien

Angor

 

Franck THILLIEZ, Angor, Roman à suspens, Villeneuve d'Ascq, greffes d'organesUne fois par semaine je pratique le Qi Gong. Le corps s’étire, l’énergie circule, les tensions musculaires s’apaisent. Bien être, évacuation du stress sont au rendez-vous.

Vendredi dernier, toute la séance durant, mon esprit était parasité par les souvenirs du livre que j’étais sur le point d’achever :

« Angor », thriller haletant où Franck Sarkho, commissaire de police rétrogradé à sa demande et le lieutenant Marie Hennebelle font une nouvelle fois équipe pour traquer le mal avec un grand M.

Camille, quant à elle, est gendarme à Villeneuve d’Ascq, ville attenante à Lille. Ses cauchemars récurrents suite à sa greffe du cœur six mois plus tôt, l’amènent à rechercher sans répit l’identité de son donneur.

La jeune femme et le couple, bien qu’ils ne vivent pas à proximité, sont amenés à coopérer… pour le meilleur et pour le pire

Corps – objets torturés, violés, disséqués et vidés de leurs organes.
Tueurs en séries fascinés par le mystère de la vie et de la mort. Pervers au-delà de toute perversité, fouillant l’anatomie des suppliciés tels de vulgaires moteurs de voiture. Psychopathes à la recherche du grand Art, désireux d’atteindre ce à quoi peu d’élus peuvent prétendre : l’Essence du Mal.

Nos héros, faisant maintes fois fi du règlement, viendront-ils à bout des démons agissant dans l’ombre ?

Ce n’est pas le scénario macabre de ce livre qui m’a rendue mal à l’aise, mais la conscience que, non seulement des êtres démoniaques de cette trempe existent, mais qu’ils ont aussi tout un public prêt à tout pour satisfaire ses plus vils instincts.

L’Homme, cet être vivant capable du meilleur comme du pire…

Joli mois de mai !

Agnès
Site : LIREACORPSETCRI

PS pour les gens du Nord qui liront ce livre : évidemment, Camille, la petite trentaine, n’a jamais pu naître à la maternité Jeanne de Flandres, ouverte en 1997 ! Je dois dire que cette « coquille » m’a un peu gênée, mais le talent de l’auteur m’a aidée à lui « pardonner ».

 

 
Fidèle au posteC'est dimanche et je n'y suis pour rien

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *